Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Blog de jean Yves Petit

social et emploi

Retraites : des mesures de justice sociale mais une absence de réforme de fond...

9 Septembre 2013, 06:00am

Publié par jeanyvespetit

    tract-retraites-300x128-copie-1Les mesures annoncées hier par le Premier Ministre pour le financement des retraites, même si plusieurs d’entre elles doivent être saluées, ne suffisent pas à constituer la réforme plus globale attendue.

EELV salue pour autant la décision d’ouvrir enfin les chantiers nécessaires à un système de retraites plus juste : prise en compte des années d’apprentissage, des temps partiels et de la pénibilité, égalité homme/femme.

Mais pour EELV, le système des retraites doit se penser en lien avec la question du financement du chômage, de la perte d’autonomie et de la politique familiale. Nous appelons de nos voeux à une réforme structurelle et d’envergure sur notre modèle de protection sociale dans son ensemble, condition indispensable à une réforme durable de notre système de retraites.

Concernant le système des retraites, nous avons quatre objectifs principaux : assurer une plus grande justice sociale, garantir une pérennité du système dans une perspective de croissance nulle ou très faible, penser la retraite en repensant le travail et notamment sa durée tout au long de la vie et son partage, enfin, articuler tout cela à l’instauration progressive d’un revenu universel. Dans cette optique, les propositions du gouvernement nous semblent en dessous des enjeux.

Ainsi l’allongement de la durée de cotisations répond à une logique datée. C’est pourquoi les écologistes y sont clairement opposés. Elle ne résout pas le problème du financement et s’inscrit encore dans une logique du « travailler toujours plus » dans un contexte où les seniors sont frappés massivement par le chômage. C’est donc une mesure injuste et inefficace.

Par ailleurs, à ce stade les mesures portent essentiellement sur les cotisations salariales, deux dimensions manquent au financement des retraites : la taxation nécessaire du capital et la participation des entreprises à l’effort de financement. Or sur ces deux points, la réforme annoncée n’avance pas de propositions suffisantes.

Si nous nous réjouissons de la prise en compte de la pénibilité, le dispositif proposé est encore insuffisant. 1 an de départ anticipé pour 30 ans d’exposition est largement en dessous des attentes : nous demandons au minimum 3 ans.

Concernant l’égalité femme- homme, nous prenons acte de la volonté du gouvernement de réduire les inégalités (baisse de niveau du smic pour le calcul des trimestres, fin de la bonification « trois enfants ») mais nous voulons aller plus loin pour rectifier les inégalités (par exemple par une bonification dès le premier enfant), ce qui implique de revoir aussi notre politique familiale. Pour ce qui concerne les jeunes, nous demandons que les stages soient pris en compte dans le calcul de la retraite.

Enfin, le projet gouvernemental présente des manques importants : Rien sur le réhaussement des retraites pour les plus pauvres des seniors, rien sur la solidarité entre les seniors, par une taxation des plus riches (augmentation CSG pour les plus riches par exemple), rien sur une meilleure prise en compte des carrières non linéaires.
A ce stade, pour EELV, les mesures proposées sont donc insuffisantes et ne sont pas à la hauteur d’une réforme des retraites ambitieuse et impérative pour notre pays.

Voir les commentaires

Pour une fiscalité écologiquement efficace et socialement juste...

13 Juin 2013, 05:21am

Publié par jeanyvespetit

Le Bureau national du Parti Socialiste et le bureau exécutif d'Europe Ecologie Les Verts ont adopté hier en commun la déclaration ci-dessous, issue du groupe de travail commun que nous avions lancé. Dans le débat actuel sur la fiscalité écologique, c'est un soutien à une réforme fiscale ambitieuse dès 2014, qui mettrait en oeuvre notamment un rattrapage diesel/essence, une contribution climat-energie incluant l'électricité et finançant la transition écologique, une augmentation de la redevance pollutions diffuses, ... Elle se fixe comme objectif à terme un rattrapage de la moyenne européenne soit 18 à 20 milliards de recettes supplémentaires.

Amitiés

Eva SAS, députée EELV

 Eva Sas

http://eelv.fr/2013/06/12/pour-une-fiscalite-ecologiquement-efficace-et-socialement-juste/

http://www.parti-socialiste.fr/communiques/pour-une-fiscalite-ecologiquement-efficace-et-socialement-juste

Pour une fiscalité écologiquement efficace et socialement juste

Le Parti Socialiste et Europe Ecologie Les Verts ont créé un groupe de travail commun qui a adopté les principes suivants :

2012 a fait partie, à nouveau, des dix années les plus chaudes depuis 1880, et 9 de ces années se sont succédées au cours de dernière décennie. Les Français s'interrogent devant une vague de froid inédite : mauvaise météo ou dérèglement climatique ? Les prévisions du GIEC sont toujours plus inquiétantes. Le dérèglement climatique est plus grave et plus rapide que prévu.

Tous les sept ans, l’équivalent d’un département français de terres agricoles et naturelles disparaît du fait de l’urbanisation croissante. Devant cette dégradation continue du climat, devant l’érosion de la biodiversité, devant l’épuisement des ressources, devant la pollution massive et l'altération de nos écosystèmes, le Parti Socialiste et Europe Ecologie Les Verts appellent à une transition de nos modes de production, de consommation et de déplacements. La fiscalité écologique est un des outils de cette mutation, et nous devons, dès 2014, l’inscrire dans la réforme globale de la fiscalité de notre pays. Davantage que la rentabilité rapide, nous optons pour une réforme planifiée, lisible et prévisible pour tous les contribuables et les acteurs économiques.

 

Le retard de la France est considérable. Elle était en 2010 à l’avant-dernière place des pays de l’Union européenne, juste devant l’Espagne pour ce qui concerne la part de la fiscalité environnementale dans le PIB, soit 1,86% pour une moyenne de l’Union européenne à 2,37%. Face à ce constat, nous affirmons notre volonté de mettre en place une fiscalité écologique qui permette au moins de rattraper la moyenne européenne. À ce titre, nous pensons que l'exonération sur le kérosène et le taux de TVA réduit à 7% dont bénéficient les jets privés peuvent disparaître sans inconvénients sociaux.

 

En premier lieu, nous souhaitons une cohérence la fiscalité française pour ne pas subventionner d’une main, les comportements nuisibles à l’environnement et, de l’autre, financer les comportements vertueux. Selon la Cour des comptes, l’Etat dépense chaque année 20 milliards d'euros en subventions défavorables  à l’environnement.

 

Le Projet de Loi de Finances pour 2014 sera un moment fort de cette réforme fiscale écologique. A la différence du gouvernement précédent, il n'est pas question de reculer et d'échapper à nos responsabilités. L’harmonisation de la fiscalité des carburants doit notamment y être engagée. L’avantage fiscal accordé au diesel sur l’essence n'est justifiable ni du point de vue environnemental, ni, plus encore, du point de vue sanitaire, compte tenu du caractère cancérogène des particules fines. Le Parti Socialiste et Europe Ecologie Les Verts sont conscients du caractère incitatif de la fiscalité en faveur des véhicules diesels et de leur part prépondérante dans le parc automobile français. Il ne s'agit pas de rompre brusquement le contrat passé avec les propriétaires de véhicules diesel. Aussi la convergence des fiscalités diesel et essence doit s'inscrire dans la durée.

 

Une réforme fiscale écologique sérieuse passe par la création d’une Contribution Climat Energie (CCE), qui reste la mesure phare de notre engagement contre le dérèglement climatique. Parce qu’elle ne doit pas entrainer un report de consommation des énergies carbonées vers l’électricité, mais doit bien favoriser les investissements dans les économies d’énergie et, ainsi, permettre la diminution de la consommation, la contribution climat énergie doit inclure, dans sa base fiscale, l’électricité. C’est également au niveau européen que nous devons agir. Le marché européen du Carbone est aujourd’hui un échec. Pour que l’Union européenne atteigne et dépasse ses objectifs pour le climat, elle doit mettre en place une fiscalité carbone européenne.

 

Une réforme fiscale écologique ne peut se limiter au seul domaine de l’énergie. Afin d’endiguer l’artificialisation des terres et de revivifier la biodiversité, il est indispensable de réviser l’articulation des différents outils que sont les parcs nationaux, les trames vertes et bleues, les Schémas de cohérence territoriale (SCOT) et les Schémas directeurs d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE). Il faut nous donner comme objectif de préserver et de recréer des espaces verts, agricoles et naturels, à l’intérieur et autour des agglomérations, mais aussi de faire évoluer notre modèle agricole. La fiscalité écologique doit, à ce titre, intégrer un bonus-malus sur la taxe d’aménagement, une évolution  de la taxe sur la plus-value sur la vente de terres agricoles suite à leur changement de destination (en prenant en compte l’impact sur le niveau de vie des retraités agricoles) et un renforcement de la redevance sur les pollutions diffuses.

 

Enfin, parce que toute réforme fiscale doit se faire dans la justice, dans l’équité, et dans le souci de soutenir l’emploi, les financements dégagés par cette nouvelle fiscalité doivent être utilisés dans les investissements permettant aux ménages et aux entreprises de s’adapter, dans une compensation sociale pour les ménages les plus modestes et dans les investissements liés à la transition énergétique. La lutte contre le chômage étant une priorité partagée, nous serons attentifs à cette affectation des recettes et à leur impact positif sur l’activité et sur l’emploi. En effet, selon l’OIT, l’orientation des investissements vers des secteurs écologiques permet de multiplier par trois le nombre d’emplois créés par euro investi.

 

Le Parti Socialiste et Europe Ecologie Les Verts défendront ainsi ensemble une fiscalité écologique qui allie respect de l’environnement, justice sociale et développement de l’emploi. La transition écologique n’est pas un fardeau, c’est une opportunité et l’un des chemins de sortie de la crise que nous traversons. C’est le sens que nous voulons donner à notre engagement commun, et à notre projet pour la France. C'est celui ouvert par le Président de la République et le gouvernement. 

Voir les commentaires

Recyclage et réutilisation des meubles : les ressourceries s'organisent en PACA...

7 Juin 2013, 21:28pm

Publié par jeanyvespetit

EELVPaca bandeau site OKOK 2011
La commission permanente du Conseil régional PACA a voté le 24 mai 2013 le financement d'un programme de structuration de l'Association régionale des Ressourceries en PACA sur 2013-2014 (financement de 141 k€ sur deux ans sur un budget de 217 k€).

 

Ce programme régional a pour but de professionnaliser et consolider les ressourceries existantes, accompagner les nouveaux projets, de promouvoir la filière réutilisation auprès des collectivités et du public en général.

 

L'objectif est de créer une dizaine de ressourceries d'ici 2015 (doubler l'existant) et de préparer le maillage de toute la Région. Avec une moyenne de 15 emplois par structure, ce programme permettrait donc de créer 150 emplois en deux ans.

 

Ce programme est le résultat d'une concertation de plusieurs mois menée à la Région PACA par Sophie CAMARD (Présidente de la Commission Emploi, Développement économique, Enseignement supérieur et Innovation) et Annick DELHAYE (Vice-Présidente au développement soutenable/Environnement/Energie/Climat).

 

Son vote coïncide avec l'entrée en vigueur, depuis le 1er mai 2013, de la nouvelle éco-taxe sur les meubles qui permettra de financer une filière de recyclage et deux éco-organismes : ECO-MOBILIER pour les particuliers, VALDELIA pour les professionnels (ressources attendues de 300 M€ au niveau national).

 

Aujourd'hui, seuls 23% des meubles sont recyclés, et seulement 3% réutilisés par des structures d'Economie Sociale et Solidaire, des chantiers d'insertion, les réseaux Emmaüs.

 

Les éco-organismes devraient permettre de soutenir financièrement les tonnages collectés par ce réseau de l'Economie sociale et solidaire, d'augmenter l'activité confiée à ces structures, les emplois créés et, bien sûr, l'utilisé sociale qui en découle. Le modèle économique des ressourceries peut s'en trouver renforcé, si les collectivités savent s'emparer des nouveaux financements disposnibles. L'Association régionale permettra aussi de répondre à leurs demandes de conseils.

 

Dès maintenant, l'Association Régionale des Ressourceries PACA lance, en partenariat avec l'IRFEDD (Institut Régional de Formations à l'Environnement et au Développement Durable) un programme de formation pour les futurs gestionnaires de ressourcerie.

 

Nous nous félicitons de cette avancée qui doit permettre à cette filière de franchir une nouvelle étape de son développement.

 

Contact :

Sophie CAMARD

Co-présidente du Groupe EELV-POC au Conseil régional PACA

 

Pour contacter l'Association régionale des Ressourceries :

Cyril BERGE– RECYCLODROME

21 rue Chateauredon - 13001 Marseille


09 54 246 246

http://recyclodrome.org/
http://www.ressourcerie.fr/
recup@recyclodrome.org

 

 

Voir les commentaires

1er mai, agir ensemble pour l'emploi ...

26 Avril 2013, 16:21pm

Publié par jeanyvespetit

 

1er mai - 1 

 

1er-mai---2.jpg

Voir les commentaires

"Les Echos": Affaire Cahuzac : Duflot réclame une inflexion de la politique économique et sociale...

5 Avril 2013, 05:54am

Publié par jeanyvespetit

Par Elsa Freyssenet |

 duflot4

"Dans le huis clos du Conseil des ministres, la ministre écologiste du Logement a non seulement demandé des « réponses lourdes » à l'affaire Cahuzac en matière « d'éthique», mais elle a aussi souhaité une inflexion de la politique économique et sociale..."

Pour lire la suite de l'article, cliquez ici !

Voir les commentaires

Fralib: question posée par le sénateur, Europe Ecologie/Les Verts, Jean Vincent Placé au Ministre Montebourg ...

28 Février 2013, 19:39pm

Publié par jeanyvespetit

IMG 0415-copie-1

Validation d'une question posée par Jean Vincent Placé

 


La question écrite que vous avez déposée a été validée par la division des questions.

Situation des salariés de l'usine de thé Fralib installée à Gémenos

 

Question n° 05115 adressée à M. le ministre du redressement productif
À publier le : 07/03/2013


Texte de la question : M. Jean-Vincent Placé attire l'attention de M. le ministre du redressement productif sur la situation des salariés de l'usine de thé Fralib installée à Gémenos. Actuellement victimes d'un plan social mené par le groupe Unilever dont ils dépendent, les salariés l'usine Fralib mènent de front un combat depuis plus de 850 jours pour la réalisation d'un projet de société coopérative ouvrière de production de thés et infusions (Scop TI). Déjà bien avancé, le projet de « Scop TI » qui souhaite s'orienter vers la production biologique et les circuits courts a impérativement besoin, pour son démarrage, que Unilever lui cède la marque Éléphant, commercialisée en France, ainsi que des volumes de production pour une période transitoire. Les 51,3 milliards de chiffre d'affaires réalisés par la multinationale en 2012 rendent son refus économiquement injustifiable et socialement inacceptable ; d'autre part, la suggestion de M. le ministre du redressement productif lors de la campagne présidentielle de nationaliser la marque Éléphant si la situation l'exigeait rend peu compréhensible la paralysie actuelle de la situation. Il lui demande les mesures qu'il envisage de prendre afin de faire aboutir, dans des conditions acceptables pour les salariés, ce projet de Scop et pour faciliter les négociations avec Unilever.

Voir les commentaires

Le plan social d'Unilever annulé par la justice, une nouvelle victoire pour les salariés ...

28 Février 2013, 13:52pm

Publié par jeanyvespetit

Tribune Fralib

 

En tant que conseiller municipal de Gémenos et vice Président de la Région PACA, je tenais à saluer le courage et la ténacité des salaries de l'usine Fralib de Gémenos.

Cette victoire, suite au rendu de justice qui annule les licenciements, doit être l'occasion, pour Unilever,  d'assurer, enfin, le maintien d'une production de thés et infusions sur le site industriel de Gémenos.

Voir les commentaires

Croissance nulle, réduction du budget communautaire : l’austérité n’est décidément pas la bonne voie …

22 Février 2013, 08:08am

Publié par jeanyvespetit

LOGO EELV fondblanc quadri

La Commission européenne a présenté ce vendredi 22 février ses prévisions économiques. Sans surprise, celles-ci sont notamment négatives pour la France. La Commission a toutefois annoncé ne pas engager pour l’heure de procédure de sanction à son encontre. Deux semaines plus tôt à Strasbourg, le Conseil européen se soldait par un compromis honteux sur une baisse, pour la première fois de l’histoire de l’Union, du budget communautaire.

Croissance nulle, moyens d’agir en baisse : décidément, la voie de l’austérité empruntée par les dirigeants de l’Union européenne, en majorité conservateurs, mène l’Europe dans le mur.

Pour Europe Ecologie Les Verts, la réduction permanente des moyens de l’action publique, toujours plus poussée et plus aveugle, est totalement contraire avec les choix rendus nécessaires par l’approfondissement de la crise. L’enjeu n’est pas de conjoncture, il est structurel : sans revenir sur la nécessité d’une gestion plus efficace de la dépense publique, l’Europe doit investir dans le financement de la transition énergétique et écologique de son modèle productif, seule ambition réaliste si l’on veut créer demain des emplois durables en préservant et restaurant la qualité de vie des européens.

Voir les commentaires

Pour le pouvoir d’usage…

23 Novembre 2012, 08:54am

Publié par jeanyvespetit

JVP6-700x300-300x128Pour information, veuillez trouver ci-dessous la tribune de Jean-Vincent Placé sur l'économie de fonctionnalité publiée dans Libération vendredi 23 novembre et sur le site: http://www.liberation.fr/economie/2012/11/22/pour-le-pouvoir-d-usage_862347.

 

 

Par JEAN-VINCENT PLACÉ Sénateur de l’Essonne et président du groupe écologiste au Sénat

 

A l’heure des débats sur la compétitivité de l’économie française, redevenons créatifs et sortons des modèles classiques ! La raréfaction des matières premières, la montée inéluctable des dépenses énergétiques et les enjeux sociaux écologiques nous exhortent à innover pour nous engager dans la voie du développement soutenable. Le service, l’usage, l’humain sont les mots clefs de l’économie de demain : l’économie de fonctionnalité.

 

Encouragée dans les conclusions du Grenelle de l’environnement, l’«économie de fonctionnalité», (aussi baptisée «de l’usage»), consiste à vendre l’usage d’un bien plutôt que le bien lui-même (1)Ce modèle a fait ses preuves. Michelin, Elis, Xerox, Cofely, Peugeot, Rolls-Royce, l’ont expérimenté avec succès. Michelin ne vend pas ses pneus, mais propose un service d’usage et de maintenance chez ses clients au kilomètre, puis les récupère en fin de vie. En utilisant un vélo en libre-service en ville, par exemple, vous l’avez pratiquée sans le savoir.

 

Le principe est simple, les avantages majeurs. Pour l’entreprise, c’est un gage de visibilité et de constance, mais aussi un gain estimé entre 30 % et 50 % sur le poste énergie et matières premières. Elle n’est plus obnubilée par l’idée de produire plus : puisqu’elle ne vend pas le bien, mais l’usage de celui-ci, elle a intérêt à proposer un produit qui dure, de qualité. En mutualisant et en récupérant les produits en fin de vie, elle économise des coûts en les recyclant. Cette conversion de l’économie passe aussi par la fiscalité écologique. Nous devons taxer l’utilisation des ressources naturelles ou la pollution, et détaxer en partie le travail, renouvelable à l’infini. L’économie de fonctionnalité apporte ainsi la solution à la quadrature du cercle de la qualité, de l’emploi et de la compétitivité. Pour le consommateur, c’est une baisse des prix et une offre mieux adaptée aux besoins réels, un gage de fiabilité et de simplicité. Dans un monde où la durée de vie des produits est de plus en plus réduite, être propriétaire d’un bien ne signifie plus pouvoir en profiter longtemps. L’économie de fonctionnalité est une des solutions à cette obsolescence artificielle, qui lamine le pouvoir d’achat et génère toujours plus de déchets. Les réserves exprimées d’attachement à la notion de propriété n’ont pas été vérifiées par l’expérience. Au contraire, l’accès à l’usage est bien plus garanti par le «contrat de résultat», pierre angulaire de l’économie de fonctionnalité. Le conseil, la maintenance, la réparation et l’expertise deviennent les moteurs de cette nouvelle activité de «service», où l’utilisation d’un bien et le service après-vente forment un tout indissociable.

 

L’économie de l’usage, c’est au final : un modèle économique viable, socialement intéressant et écologiquement soutenable. Osons ! L’économie de fonctionnalité crée ce cycle vertueux. Ce modèle démontre que «développement» n’est pas synonyme de surconsommation, surproduction, ou pollution… mais de progrès. Opérons le vrai changement : passons de l’économie du passé à une économie novatrice, premier pas vers une conversion écologique de notre économie.

 

(1) «Les Clés du renouveau grâce à la crise !» d’Eric Fromant, préface de Christian Blanc, EMS Editions 2012.

Voir les commentaires

Rencontre de conseillers régionaux EELV/Poc avec les représentants syndicaux d’Eurocopter...

20 Novembre 2012, 22:14pm

Publié par jeanyvespetit

LOGO EELV fondblanc quadriDans le cadre des rencontres avec les principales entreprises de la région PACA, des élu-e-s « Europe Ecologie Les Verts » (EELV) du Conseil Régional ont rencontré les organisations syndicales et les représentants du personnel d’Eurocopter sur le site de l’entreprise le mardi 20 novembre 2012.
 
Délégation des conseillers régionaux EELV PACA.
-              Pierre Souvet, Secrétaire général de l'Observatoire Régional de la Santé (ORS)
-              Jean-Yves Petit, Vice-Président Transports/ Eco-mobilité représenté par Stéphane Coppey 
-              Sophie Camard, Présidente Commission Emploi, développement économique régional, enseignement supérieur et innovation
 
 
Au cours de ces échanges, les principales préoccupations des salariés d’Eurocopter ont été exposés par les représentants FO, CFE-CGC et CFDT.
 
La question des transports qu’ils soient collectifs (Trains Express Régionaux / TER, lignes de bus) ou individuels avec la problématique des parkings saturés - à peine terminés -  et la nécessité de créer une seconde voie d’accès afin de désenclaver le site de l’entreprise reflète à la fois le dynamisme et les enjeux importants que représente Eurocopter. C’est en effet plus de 11 000 salariés et sous-traitants d’Eurocopter qui se rendent chaque jour pour travailler sur le site de 80 hectares qui ne possède toujours qu’un unique giratoire d’accès.
L’augmentation de l’offre de transports collectifs via les TER et des modes de déplacements diversifiés comme le covoiturage, la mise à disposition de vélos entre la gare des Aymards pour rallier le site d’Eurocopter, la création d’une voie piétonnière et de pistes cyclables mais aussi la mise en place de Hubs de cars couplés à des parkings-relais sont quelques-unes des pistes évoquées lors des entretiens.
 
La formation a également été un des points centraux des échanges qui ont permis d’évoquer le transfert récent du « CFAI Provence » (Centre de Formation d’Apprentis de l’Industrie) de Vitrolles vers Istres, mais aussi la recherche constante de nouveaux salariés de la part d’Eurocopter qui affiche des carnets de commande bien remplis mais qui peine parfois à recruter du personnel qualifié. Les représentants syndicaux ont fait part également du fait que les emplois proposés n’attiraient que peu de candidates féminines alors qu’Eurocopter cherche à féminiser ses effectifs et ne parvient que difficilement à y réussir (seulement 13% des recrutements cette année).
 
Le projet « Henri Fabre » porté par le Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur via le « Pôle Pégase » a été évoqué comme une opportunité permettant de structurer l’organisation du déploiement industriel et territorial de la filière aéronautique en lien étroit avec Eurocopter. Les conseillers régionaux EELV ont fait valoir que ce projet, porteur de milliers d’emplois potentiels, pourraient permettre de faire avancer de nombreux points intéressants de près le constructeur d’hélicoptères comme la formation dans le secteur aéronautique et sur l’organisation générale des transports dans la zone.
Concernant l’extension du site d’Eurocopter et les implications sur le foncier dans la zone, il a été évoqué l’intérêt des terrains contigus de la Sécurité civile qui pourrait être transférée à Nîmes ou encore la transformation des parkings actuels en bâtiments destinés à l’activité industrielle si une baisse du recours à la voiture individuelle venait à s’opérer.
 
Afin de poursuivre les échanges avec Eurocopter, la délégation des élus EELV rencontrera la Direction de l’entreprise prochainement.
 
Contacts :
Elus référents : Pierre Souvet   06 71 89 51 88        psouvet@REGIONPACA.FR
                           Jean-Yves Petit 07 86 14 61 55 (Transports)         jypetit@REGIONPACA.FR
                           Sophie Camard 06 86 70 92 27 (Emploi-Formation)        scamard@REGIONPACA.FR

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 > >>