Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Blog de jean Yves Petit

La vulnérabilité énergétique, une réalité sur notre territoire régional …

15 Février 2015, 08:30am

Publié par jeanyvespetit

argentLes principaux éléments de mon intervention à l’occasion d’une conférence de presse tenue vendredi, avec l’Etat, sur la question de la vulnérabilité énergétique.

Il y a un an, à la Maison de la Région, nous avions une présentation de l’étude prospective Ménages logements.

 

Cette étude nous alertait sur la baisse de la population dans certaines communes de notre territoire liée, notamment, à une réponse insuffisante en matière de production de logement. Elle posait les questions sur notre capacité collective à répondre aux besoins de nos concitoyens en matière d’un logement accessible à tous.

Aujourd’hui, les résultats de l’étude concernent la question de la vulnérabilité énergétique des ménages est souvent en lien avec la qualité ou plutôt la non qualité de leur logement.

Ainsi 256 000 ménages sont en situation de vulnérabilité énergétique soit 12% des ménages régionaux ou un 1 ménage sur 8.

Et si notre territoire figure parmi les régions les moins vulnérables, cela est due essentiellement au fait d’une forte concentration de la population dans la partie la plus urbanisée du territoire et bénéficiant de bonnes conditions climatiques.

 

Nous ne pouvons pas nous réjouir de ce bon classement. En effet, pour 165 000 ménages cette vulnérabilité est liée au coût des transports individuels, pour les autres à leurs dépenses de chauffage et 27 000 ménages cumulent les 2 (déplacement + chauffage).

Il est constaté une forte concentration des ménages confrontés à la vulnérabilité énergétique dans les départements alpins (04 et 05) mais aussi dans les périphéries des zones urbaines, notamment métropolitaines, là où se trouvent de multiples lotissements créés ces dernières années.

Comment en sommes-nous arrivés à cette situation en dehors du contexte d’instabilité des prix de l’énergie ?

 

C’est le résultat de plusieurs décennies de politique de l’autruche où nous avons laissé se développer l’étalement périurbain dans une logique de rentabilité à court terme : plus loin moins cher !

Alors que nous savions tous, et les écologistes n’ont cessés de le dire, que ce modèle était déjà obsolète car coûteux aussi bien pour les ménages que pour collectivités, notamment en terme de gestion des infrastructures et des services.

 

Il s’agit maintenant de revoir notre mode d’urbanisme et nous placer dans une logique de stratégie :

-      foncière en intégrant les dimensions mobilités emplois logement.

-      en disposant d’une politique des transports multimodale dont le développement va se poursuivre avec le contrat de plan Etat / Région 2015/2020

 

La création des métropoles (Nice et Marseille) et le transfert de la compétence  transports et celle de la voirie des départements vers la Région, dans le cadre de la loi NOTRE (Nouvelle Organisation Territoriale de la République), devraient favoriser la mise en œuvre de politiques publiques intégrant l’ensemble des bassins de vie, capables de dépasser la segmentation administrative des territoires, et nous permettre de disposer d’actions plus efficaces.

 

Je retire de cette étude les points ci-après :

-      Elle fait la corrélation entre vulnérabilité et éloignement des bassins d’emplois y compris pour les ménages à revenus élevés.

-      Elle souligne que les ménages les plus vulnérables sont ceux qui en logement individuel se chauffent encore au fioul.

-      Elle met en évidence que les ménages sont moins vulnérables quand ils vivent dans des logements collectifs surtout si ces logements sont des logements sociaux.

Les deux premiers points sont importants car ils confirment la justesse de nos politiques publiques, au sein de notre Région, en matière de développement des transports collectifs ou du développement des énergies renouvelables.

 

Le dernier point est une satisfaction, notamment pour ma collègue Colette Charriau, Vice-présidente en charge du logement, car il s’inscrit dans la politique soutenue par notre collectivité ces dernières années avec le programme RHEA HLM dont l’objectif qui a été atteint, était de soutenir la rénovation énergétique de 25 000 logements sociaux.

Cela démontre que la Région avec les bailleurs sociaux et les collectivités locales, a su et pu initier un dispositif de massification de la rénovation énergétique.

 

La Région va poursuivre cet effort aussi bien en matière de logement social qu’en direction du logement privé.

C’est l’objectif du nouveau cadre d’intervention que nous avons voté en décembre dernier et dans lequel nous avons mis l’accent sur l’accompagnement des ménages car il ne suffit pas de faire des travaux il faut expliquer pourquoi.

 

La réduction de la vulnérabilité énergétique est aussi une affaire d’éducation et de modification des comportements. Le travail réalisé depuis plusieurs années par le réseau régional de la précarité énergétique est exemplaire, il faut le souligner.

Voir les commentaires

Rapport sur le mal logement : chaque année la même colère …

14 Février 2015, 16:42pm

Publié par jeanyvespetit

Immeuble_France-700x300.jpg

Chaque année, la présentation du rapport sur l’état du mal-logement de la Fondation Abbé Pierre suscite le même sentiment de colère.

Colère face à des chiffres qui ne cessent de croître : désormais 3,5 millions de personnes sont mal-logées. Et au total, 10 millions de personnes sont touchées par la crise du logement, sans oublier les 11 millions de personnes en précarité énergétique dont plus de 256 000 ménages sont touchés sur la région Provence-Alpes Côte d'Azur.  

Colère face aux profiteurs en tout genre, et notamment les marchands de sommeil sans scrupules qui s’enrichissent en faisant peu de cas de la dignité humaine, de ceux qui profitent de la misère et de la détresse pour louer des taudis à prix d’or.

Colère face à l’action publique qui n’est pas assez forte tant la situation française est alarmante. Si l’Etat a pris des mesures d’importance ces dernières années, avec des résultats parfois marquants, on est encore loin d’apporter des réponses institutionnelles à la hauteur des enjeux.

Cette colère est légitime car le mal logement n’est pas une fatalité ! La France est un pays développé qui a les outils juridiques et les moyens financiers nécessaires pour y mettre un terme.

Par l’humain. Il est temps d’en finir avec ces opérations immobilières dont raffolent les grands groupes qui font des ventes à la découpe, pour qui tel ou tel immeuble ne correspond pas à des personnes humaines mais à des ratios d’investissements qui se recoupent dans un tableau Excel.

Par le respect de la loi. Les préfets doivent agir réellement pour faire respecter la loi de la République et interpellent fermement les municipalités qui bloquent la construction de logements sociaux ou privés.

Par une inversion des priorités.L’investissement locatif privé, qui dope la construction sans l’encadrer, à coup de rabais fiscaux, coûte très cher à l’Etat. Aujourd’hui, le dispositif Pinel permet d’obtenir jusqu’à 63000 euros pour un logement, quand l’Etat ne verse que quelques milliers d’euros pour un logement social. Pourtant, l’investissement public dans le logement social permet à la fois de loger les familles les plus modestes et de garder le logement dans le giron de l’Etat pour au moins 50 ans.

Par le volontarisme politique. Remis en cause sous la pression du lobby de l’immobilier, l’encadrement des loyers doit être au plus vite généralisé dans toutes les agglomérations concernées pour protéger les locataires d’une spéculation immobilière. Réguler le marché immobilier est nécessaire pour stopper cette inflation constante des loyers, qui ont plus que doublé en dix ans.

Le logement n’est pas un bien comme les autres. C’est un bien commun, absolument vital pour permettre l’épanouissement personnel et la construction d’un projet de société. Il est possible d’inverser la situation et de résoudre à terme la crise du logement en France. Mais pour cela, loin des bonnes paroles et déclarations senties, ce sont des moyens financiers pérennes, un Etat fort face aux égoïsmes locaux et une certaine constance face au poids des lobbys.

C’est urgent et c’est possible, encore faut-il que cela soit mis au cœur de l’agenda politique.

Voir les commentaires

Recueillement et hommage aux deux victimes de l'accident de St Benoit (04) ...

8 Février 2015, 19:27pm

Publié par jeanyvespetit

Ce matin, moment de recueillement et hommage aux deux victimes de l'accident de St Benoit (04) du 08 février 2014 où, lors de sa chute, un rocher a percuté un train des Chemins de fer de Provence.

L'occasion de remercier les services de la Gendarmerie et des pompiers qui étaient intervenus rapidement, dans des conditions climatiques très difficiles mais aussi les services de l'Etat, de la Région, de la Régie et les cheminots des CP qui ont permis de rétablir, par la suite, la circulation sur la route nationale et sur la voie ferrée.photo 1photo 2

Voir les commentaires

Ce WE, Gémenos était toujours "Charlie" au Cercle du Progrès Démocratique ...

8 Février 2015, 19:11pm

Publié par jeanyvespetit

Samedi et dimanche, Gémenos était toujours "Charlie" au Cercle du Progrès Démocratique, beaucoup de visite de l'exposition de numéros de Charlie Hebdo mais aussi de la Gueule Ouverte et un excellent débat sur la liberté d'expression avec Mixhel Couartou, journaliste, et Philippe Carrese , réalisateur et écrivain.photo-2.pngsans-titre-copie-2.pngphoto-3.pngphoto-4.png

Voir les commentaires

Beaucoup de monde à Gap pour soutenir la ligne des Alpes et le trains de nuit ...

7 Février 2015, 09:12am

Publié par jeanyvespetit

Vendredi 6 février à Gap, une réunion co-organisée avec le député Joël Giraud, pour faire un point de situation sur le devenir de la Ligne des Alpes et du train de nuit Briançon / Paris devant une assistance nombreuse et active ...

Prochaine rencontre au mois de juin, ce sera l'occasion d'échanger sur les conclusions du rapport Duron et sur la version définitive du contrat de plan Etat / Région 2015/2020.P1070274.JPG

 

Ci-dessus et ci- dessous, un article du Dauphiné Libéré et des photos de Gilles Marcel.P1070269.JPG

DL-07-02-15.jpg

Voir les commentaires

Non à la fermeture de la boutique SNCF de Draguignan ...

3 Février 2015, 22:18pm

Publié par jeanyvespetit

EELVPaca bandeau site OKOK 2011

Faire des gares des lieux de mutualisation
de services au public

La boutique SNCF de DRAGUIGNAN, située dans l'ancienne gare, va fermer le 1er juin 2015. Ne subsisteront à Draguignan que des automates, sans personne pour aider à leur fonctionnement ou aider les usagers à préparer leur voyage. Dans quelques mois, des personnes non connectées, ou peu à l'aise avec internet, des personnes âgées, vont devoir aller aux Arcs pour acheter un billet de train.

Cette politique systématique de la SNCF de remplacer la présence humaine par des automates a des conséquences en terme d’emplois, de dégradation du service aux usagers, d’insécurité accrue et de dégradation du patrimoine des gares.

Dans le Var de nombreuses gares ont vu leur personnel réduit ou supprimé avec pour conséquence des bâtiments gares dégradés, squattés, offrant une image négative du service ferroviaire.

La Région a pourtant, à plusieurs reprises, invité la SNCF à discuter de l’avenir de ces gares, du renforcement de leur rôle d’inter modalité, ou de mutualisation de services publics en gare.

Le paradoxe est que ce recul du service public se fait alors que notre région investit chaque année davantage dans le réseau ferré, le renouvellement des rames et l’aménagement des gares.

Aussi, à Draguignan comme à Brignoles demain, également menacée de fermeture, comme dans les autres gares de la région nous ne pouvons accepter cette situation.

Les élus du groupe EELV du Conseil Régional s’associent en conséquence au rassemblement organisé par l’Association des Usagers de la Gare des Arcs – Draguignanle samedi 7 février 2015 à partir de 11 heures, devant l'ancienne gare de Draguignan.

Nous manifesterons ensemble notre refus de cette fermeture et la défense d’un service ferroviaire de qualité au service des usagers. Le train reste le moyen de transport le plus écologique, un outil essentiel pour l’équilibre des territoires et la transition énergétique.

Toute politique entraînant une réduction du service ferroviaire sera combattue par les écologistes.

Voir les commentaires

Trains d’équilibre du territoire (TET) : Visite de la Commission DURON à Marseille …

31 Janvier 2015, 08:44am

Publié par jeanyvespetit

TET.png

Avec C. Bouchet, J. Giraud, M. Meunier, F. Daerden, Ph. Duron et le comité de défense de la Ligne des Alpes …

Le Gouvernement a mis en place une commission chargée de remettre un rapport (courant mai) sur l’avenir des trains d’équilibre du territoire (TET). Cette commission est présidée par le député Philippe Duron. La Région a accueilli cette commission les 29 et 30 janvier à Marseille. Ce fut l’occasion d’inviter la Région Languedoc Roussillon, des éluEs, des associations et comités de défense, des acteurs du monde économique, … afin qu’ils puissent faire part de leurs constats, remarques et propositions sur les TET desservant leurs territoires.  

La lecture de la lettre de mission du Ministre à la commission pose très clairement trois questions :

·         La nécessaire définition d’un périmètre pérenne des TET ;

·         Les conséquences que cette redéfinition aura sur la problématique du renouvellement du matériel roulant ;

·         La nécessaire refonte du modèle économique des trains de nuit.

Les exemples qui sont pris dans la lettre de mission laisse clairement identifier que l’Etat cherche à avoir une vision claire dans les missions du TET qui sont aujourd’hui éclatées entre :

·         Des dessertes inter-régionales (affaire, hebdo, loisirs…) que nous sentons poindre comme le cœur de cible de l’offre TET : des parcours rapides traversant 2-3 Régions entre les principales gares des Régions (1 à 2 arrêts par Région) ;

·         Des dessertes pendulaires entre des points d’arrêts secondaires sur ces mêmes parcours (typiquement la desserte d’Arles, Montauban, Sète sur les TET Grand Sud) ;

·         Des dessertes convergentes vers Paris du grand bassin Parisiens : Orléans, Amiens, Chalon, Rouen… là aussi fortement utilisées par les pendulaires ;

·         Des dessertes de nuit, qui depuis l’avènement du TGV sont devenues principalement touristiques.

La Région PACA est irriguée par plusieurs lignes TET :

·         Depuis Nice vers Port Bou, Paris et Luxembourg en train de nuit ;

·         Depuis Nice vers Bordeaux de jour ;

·         Depuis Briançon vers Paris de nuit.

·         Enfin, il convient de ne pas oublier le cas spécifique de la desserte de jour Marseille Clermont avec le Cévenol, limités depuis 2012 à Nîmes.

La question d’une meilleure articulation entre les services TET mais aussi TGV et les services TER/LER est légitime tant sur les correspondances que sur les tarifications et l’information.

La transversale Sud :

Sans revenir sur les éléments très complets déjà transmis dans ma lettre à la SNCF  sur les conséquences d’une refonte de l’offre TET « Grand Sud », notamment pour les dessertes d’Arles et Nice, le positionnement Régional doit tenir compte des éléments suivants :

·         Si la perte d’attractivité des liaisons « Grand Sud » du fait du cabotage est une réalité, il n’en reste pas moins que le choix des gares doit faire l’objet d’une stratégie coordonnée avec les Régions à l’image de la gare Arles ;

·         La notion d’égalité des territoires et de désenclavement doit demeurer en préservant la continuité de la transversale sud jusqu’à Toulon et Nice ;

·         La saturation de la Gare St Charles et la volonté de réduire les temps de parcours impose d’utiliser la gare de Marseille Blancarde dont la modernisation est prévue avec un financement de la Région.

 

Le devenir du train de nuit Briançon / Paris,

Ce train de nuit ne doit pas être uniquement dans le cadre d’une saisonnalité touristique mais comme service public fonctionnant chaque jour de l’année pour un territoire dont il est le seul lien avec la Capitale.

L’analyse des données de fréquentation montre que 25% des usagers de ce train sont transportés durant les seules vacances d’hiver et 50% durant les autres périodes de congés. Il reste donc les 25% qui, vivant dans les Hautes Alpes l’utilise pour des raisons professionnelles, d’études, de loisirs, …

Si la politique Régionale est très importante dans le désenclavement des Hautes Alpes pour autant, il convient que l’Etat assume joue rôle d’autorité organisatrice en permettant le maintien de ce TET dont il est vital que le matériel roulant soit renouvelé.

De même la Région va continuer d’agir dans le cadre du Contrat de plan Etat/Région 2015 – 2020  contre l’enclavement des Hautes Alpes avec un investissement sur l’étoile ferroviaire de Veynes qui revêt un rôle central dans l’aménagement et le désenclavement des Alpes puisqu’elle porte le trafic du train d’équilibre du territoire Paris-Briançon ainsi que l’accès à la grande vitesse que cela soit par Valence TGV ou par Grenoble. La Région contribuera également à la régénération de la voie entre les gares de Montdauphin et Briançon.

 

Le Cévenol entre Marseille / Nîmes et Clermont Ferrand

Nous avons proposé l’idée pertinente de positionner un TER PACA ou LR en terminaison d’un TET sur le trajet Nîmes / Clermont Ferrand en cherchant à l’inscrire en continuité d’une offre existante du TER.

Dans ces conditions, la mutualisation de certaines charges pourrait être utile, notamment concernant le matériel roulant.

L’analyse rapide montre que l’opportunité peut exister (battement d’une heure à Nîmes entre les TET et les TER Nîmes / Marseille). Il faudra cependant s’assurer :

·         de la réalisation de cette offre avec un matériel TET ou Auvergne ;

·         de la faisabilité d’une offre complémentaire par LR entre Nîmes et Montpelier (destination actuelle des trains) ;

Il convient de travailler et de porter cette avec les 3 Région, LR, Auvergne et PACA) et l’Etat.

Voir les commentaires

Aubagne - Marseille: Une 3ème voie de 13 km pour plus de trains et de régularité inaugurée le 30/01 …

31 Janvier 2015, 08:18am

Publié par jeanyvespetit

sans-titre-copie-1.pngAprès cinq années de travaux, la 3e voie entre Marseille et Aubagne a été mise en service le 14 décembre 2014.

5 20150130 095226 781

Une réponse efficace à l’augmentation du trafic

La vallée de l’Huveaune, entre Marseille et Aubagne, enregistre près de 150 000 déplacements quotidiens.

Devant l’augmentation continue de la circulation routière dans cette zone, le train constitue une alternative efficace à la route, mais l’offre était, jusque-là, contrainte par la capacité des infrastructures ferroviaires existantes.

Pour répondre à cette demande toujours plus importante de desserte ferroviaire, l’augmentation de capacité de la ligne avec la création d’une troisième voie entre Marseille Blancarde et Aubagne était la meilleure solution technique pour permettre une augmentation significative de la fréquence des TER.

5-20150130_095615_339.jpg

Conscients de l’enjeu, l’État, la Région, le Conseil général des Bouches-du-Rhône et SNCF Réseau, les partenaires de l’opération, ont inscrit le projet aux Contrats de Plan et Projets État-Région 2000-2006 et 2007-2013. Accroître la capacité de l’axe tout en faisant cohabiter les dessertes régionales (TER) et les circulations ferroviaires des autres activités (grandes lignes nationales et internationales, TGV et fret) sur cette ligne principale de l’arc méditerranéen constituaient les enjeux du projet.

Les études socio-économiques ont démontré que la mise en service de cette infrastructure permettra d’augmenter de 53% le nombre d’usagers quotidien (soit 22 000 usagers /jour contre 14 000 sans la 3e voie).

Ainsi, la création de cette 3e voie, aujourd’hui opérationnelle, répond à plusieurs besoins: assurer une meilleure desserte régionale sur l’axe Marseille-Aubagne-Toulon, avec une augmentation de l’offre voyageurs, réorganiser la desserte Marseille-Aubagne-Toulon tout en confortant la fiabilité du service, augmenter la sécurité des personnes et des équipements, offrir une accessibilité aux Personnes à Mobilité Réduite (PMR) et un meilleur confort aux voyageurs, permettre le développement de nouveaux quartiers, limiter la congestion routière aux abords des agglomérations, permettre l’exploitation de la ligne par les activités voyageurs (TER, Grandes lignes, TGV) et FRET.

Avec cette 3e voie, le service ferroviaire de cet axe est rendu plus sûr, plus fiable (ce qui reste à être confirmé par la SNCF, notamment pour ce qui concerne la maintenance du matériel roulant, comme l’a indiqué Michel Vauzelle dans son intervention), tout en étant respectueux de l’environnement, il devient ainsi une vraie alternative à la route en optimisant la desserte des trains de la vie quotidienne.

5-20150130_095548_752.jpg

Voir les commentaires

Gémenos est toujours Charlie le 7 février au Cercle du Progrès Démocratique ...

30 Janvier 2015, 21:22pm

Publié par jeanyvespetit

On vous attend nombreux !

Cercle-07-02-14.jpg

Voir les commentaires

Présentation des nouvelles rames Region 2N à Cannes puis à Nice ...

28 Janvier 2015, 10:01am

Publié par jeanyvespetit

FMdF-6691.jpgMardi 27 janvier, ce fut la présentation aux élus, aux usagers et aux cheminots des Alpes Maritimes, à Cannes puis à Nice, de la nouvelle rame Regio 2N,

Nice-1.jpg

Les Regio2N, construites par Bombardier, sont en version longue de 110 mètres et en aménagement 2+2 (4 sièges de front), soit 493 places assises (soit 10% de sièges en plus par rapport à la dernière génération de matériel TER) soit près de 1000 places au total. La Région a pris comme options spécifiques le système de comptages automatique, 2 espaces vélos, l'ajout de 8 bagageries par rame, de cadres d’affichage et le pelliculage des faces. Conçus pour accueillir 2 fauteuils roulants, les Regio2N sont également équipés de WC adaptés et d’un comble lacune automatique pour un accès et une descente des rames aisés des personnes à mobilité réduite.

Nice 3

La structure du Régio2N propose une alternance de caisses courtes et longues, traversées par de larges couloirs et intercirculations pour une circulation facilitée, une accessibilité, et une visibilité accrues. L’accès a par ailleurs été repensé afin de favoriser la fluidité et la circulation des voyageurs avec, sur chaque plateforme, une double porte (2 vantaux). Le Regio2N allie capacité et confort en proposant des wagons plus larges, une climatisation diffuse qui s’adapte au nombre de voyageurs, un éclairage réparti ECO-durable et des prises de courant (une pour 2 sièges). Conçu pour optimiser son impact environnemental (moteurs à aimants permanents et réducteurs à haut rendement, récupération d’énergie au freinage, aérodynamisme …), les composants du train présentent également un taux de recyclage supérieur à 95%.

Nice-2.jpg

Les Regio 2N sont destinés aux liaisons Grasse - Cannes – Nice - Menton et circuleront également entre Marseille, Aubagne, Toulon et Nice. Une partie des matériels duplex actuels TER2Npg et ng affectés au réseau TER azuréen pourra ainsi être redéployée et permettre les développements programmés sur la ligne Marseille/Aubagne/Toulon/Hyères.

Cet investissement très important de la Région pour ces 16 Region2N pour un montant de 181,8M€ mais aussi celui effectué pour l'achat de 10 Regiolis pour un montant de 76,5M€ sera, sans aucun doute, un plus en matière de confort et de qualité pour les usagers mais aussi en modernisme et en amélioration des conditions de travail pour les cheminots dont ceux chargés de la maintenance.

 

Cela va apporter, sans aucun doute, des améliorations pour les usagers, plus de rames à leur disposition, plus de places à bord des trains, plus de confort … Après la réception totale des nouvelles rames, ce sera environ 80% du parc ‘matériel roulant » qui sera récent. Donc, ce n’est pas la vétusté du matériel qui est le problème mais la maintenance, il convient donc à la SNCF de régler ce problème.

FMdF-1270049.jpg

Mais il faut continuer à aller plus loin pour augmenter le nombre de trains sur la Côte d’Azur afin d’apporter des réponses concrètes aux usagers toujours plus nombreux. C’est l’objet du projet « Mandelieu / Vintimille » qui fait partie du contrat de plan Etat / Région. Nous sommes prêts pour réaliser les travaux, encore faut-il que les Présidents du CG06 et de la Métropole Nice Côte d’Azur soient présents afin de caler le financement.

Voir les commentaires