Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Blog de jean Yves Petit

Lettre ouverte: mon bilan et ma candidature ...

12 Octobre 2015, 10:58am

Publié par jeanyvespetit

Lettre ouverte: mon bilan et ma candidature ...

Madame, Monsieur, CherEs amiEs,

J’arrive donc au terme de mon premier mandat au sein de la Région Provence-Alpes Côte d’Azur.

Elu conseiller régional en mars 2010, sur la liste d’union de Gauche et des Ecologistes conduite, au second tour, par Michel Vauzelle, j’ai assuré la fonction de Vice-Président en charge des transports et de l’éco-mobilité.

Durant tout ce temps, vous avez pu suivre mon activité et mon agenda sur mon blog et via ma lettre hebdomadaire.

Faire le bilan de ces presque six années de mandat serait trop long, il peut être résumé avec quelques mots clés :

  • Faciliter l’accès aux transports collectifs avec la carte Zou! qui offre une tarification attractive pour tous et avec PACAmobilité.fr qui permet de disposer d’une information de tous les modes de transports existants sur un itinéraire choisi ;
  • Garantir l’égalité des territoires :
    • en assurant la pérennité de lignes ferroviaires telles que la Ligne des Alpes, Nice/Sospel/Breil/Tende/Coni ou Nice/Digne
    • en permettant la réouverture de Carpentras/Avignon et celle, à venir, d’Aix/Rognac/Etang de Berre, et l’augmentation de l’offre entre Toulon et Hyères ;
    • en maillant le territoire régional avec les lignes routières (LER) et en assurant les connexions avec les aéroports, les ports et le réseau à Grande Vitesse ;
    • en développant l’intermodalité par le financement des gares routières et ferroviaires mais aussi et surtout des Pôles d’Echanges Multimodaux ;
    • en prenant en compte le « dernier Kilomètre » afin de poursuivre son trajet au-delà des gares avec l’autopartage, le vélo et ses parkings, le covoiturage, le transport urbain, …
  • Augmenter le nombre de trains et la fiabilité des circulations avec la modernisation du réseau ferré régional et celui des Chemins de fer de Provence ;
  • Assurer en priorité les investissements sur les transports collectifs et non sur les routes ;
  • Créer la Régie Régionale des Transports qui a pris en gestion directe les Chemins de fer de Provence sur la ligne Nice / Digne. Ce qui donne une plus grande expertise à la Région sur le ferroviaire ;
  • Développer l’usage du vélo avec le réseau des vélos routes et voies vertes.
  • Soutenir les associations qui font circuler des trains touristiques et gèrent des musée du rail (GECP, Eco Musée Breil, ATTCV, locomotive 6570, ...).

J’ai été un élu à 100% de mon temps pour ce mandat, avec mes deux coéquipiers et amis, Jean Claude Alberigo et Stéphane Coppey. Cela m’a permis d’assurer une proximité la plus grande et régulière possible sur notre grand territoire avec les usagers, les associations, les élus locaux, les collectivités, les conseils de développement, les syndicats, les entreprises, les salariés, …

La démocratie participative a été très soutenue avec deux réunions annuelles de chaque comité de ligne (TER, LER et CP) et les multiples concertations organisées avec les associations ou les comités de quartier.

Nous avons tenu à être le plus réactif possible pour apporter des réponses, des solutions, des décisions, … à toutes les sollicitations qui nous ont été soumises. J’ai été aidé, pour cela, par la très compétente et disponible Direction des transports de la Région que je tiens à remercier vivement.

J’ai également fait le nécessaire pour que tous les grands dossiers soient traités par notre collectivité régionale avec tous les acteurs concernés par tel ou tel projet, et cela, quel que soit la position des uns et des autres ; je pense à la percée ferroviaire sous le Montgenèvre, à la Ligne Nouvelle PCA, au tunnel routier de Tende, au contournement autoroutier de Fos/Salon, au contournement d’Orange, …

Bien entendu, dans ce bilan, il y a un point faible, c’est la difficulté récurrente de la SNCF à assurer la qualité, la régularité et la fiabilité de l’offre TER. Même si globalement les résultats sont meilleurs qu’avant 2010, il y a encore beaucoup trop de trains supprimés et en retard. L’absence d’un dialogue social de qualité génère chaque année trop de grèves, cela est inacceptable alors que dans le même temps, le nombre d’usagers augmente en ayant besoin d’avoir confiance dans le service public ferroviaire.

Cette carence de la SNCF est d’autant plus inacceptable que la Région a plus qu’assuré son rôle d’autorité organisatrice en investissant lourdement dans l’achat de 26 nouveaux trains, dans les gares, sur les voies ferrées et dans les lieux qui assurent le remisage et la maintenance des trains. Il s’agit bien là d’une politique volontariste de la part de la Région, en effet les voies ferrées et les gares appartiennent à l’Etat.

Et nous allons continuer de le faire durant le prochain mandat avec, je l’espère, votre soutien.

Je suis candidat, en 2ème position sur les Bouches du Rhône, sur la liste « La Région Coopérative, sociale, écologique et citoyenne » conduite par Sophie Camard et Jean Marc Coppola.

L’objectif de cette liste citoyenne soutenue par Europe Ecologie - Les Verts et le Front de Gauche, présente au 1er tour, est de se donner les moyens de gagner au second tour avec l’ensemble de la Gauche. Le scrutin proportionnel à deux tours rend possible la présence de plusieurs listes au 1er tour. Cela permet d’avoir des élus qui porteront des projets et des priorités que d’autres ne partagent pas.

M. Estrosi, candidat à la Présidence de la Région, Maire de Nice + Président de la Métropole Nice Côte d’Aur + député, … veut créer ce qui existe déjà, une police régionale des transports ou mettre en place la vidéo surveillance à bord des trains par exemple. Et il veut supprimer la carte Zou ! qu’il juge inefficace, bien que plus de 160 000 personnes en détiennent une.

Il veut financer la réalisation des grands projets routiers comme le tunnel de Tende, la déviation d’Orange ou l’A51 alors qu’il refuse de cofinancer, en tant que Maire et Président de la Métropole, l’accessibilité de la gare de Nice Riquier, la modernisation de la ligne Nice/Breil/Tende, celle des Chemins de fer de Provence et celle, très importante pour les 50 000 usagers quotidiens, de la ligne de la Côte d’Azur entre Mandelieu et Vintimille.

Il souhaite donc, comme sous la présidence de JC Gaudin, assurer 90% des investissements sur les routes alors que la compétence des routes relève des départements.

C’est un homme politique du passé !

A l’opposé, nous sommes celles et ceux qui représentons l’avenir en:

  • étant des éluEs à plein temps ;
  • investissant en priorité dans le développement de tous les modes de déplacement durables ;
  • facilitant l’accès à l’emploi, aux études, aux loisirs, à la culture, à la santé, à l’habitat, … et agir pour l’égalité des territoires ;
  • agissant contre le réchauffement climatique et en faveur de la qualité de l’air ;
  • rendant notre région attractive aux entreprises qui souhaitent venir s’installer sur notre beau territoire et aux millions de touristes qui contribuent à l’essor économique et à la création d’emploi.

Voilà, c’est parti pour l’écriture d’une nouvelle page commune !

Nous allons gagner !

Et ainsi pouvoir poursuivre ce que nous avons commencé de mettre en œuvre.

Pour cela il faut le soutien et l’implication de chacune et chacun, n’hésitez pas à me contacter !

jeanyvespetit@sfr.fr

Très amicalement,

Jean-Yves Petit

Voir les commentaires

Chefs d'Etat, osez relever le défi climatique ! Signons l'appel de N. Hulot ...

12 Octobre 2015, 05:31am

Publié par jeanyvespetit

Chefs d'Etat, osez relever le défi climatique ! Signons l'appel de N. Hulot ...

https://formulaires.fondation-nicolas-hulot.org/fra/osons/

Signez l'appel aux chefs d'Etat !

Nous, citoyennes et citoyens du monde, appelons les responsables politiques des pays les plus riches et les plus émetteurs de gaz à effet de serre à enfin relever le défi climatique.

Chefs d’État, osez !

Osez reconnaître que la lutte pour le climat conditionne l’avenir de notre monde : la santé, l’économie, l’emploi, la solidarité et l’égalité, l’agriculture et l’alimentation, la paix.

Osez admettre que les engagements actuellement sur la table des négociations ne sont pas suffisants pour limiter le changement climatique à 2 °C, mais que vous pouvez changer la donne en revoyant à la hausse vos ambitions : le G20 compte pour trois quarts des émissions mondiales !

Osez en finir avec les beaux discours et les déclarations d’intention, avec la tentation de remettre à plus tard les décisions : agissez !

Osez vous astreindre à des moyens financiers, des indicateurs de contrôle, des réglementations et à des feuilles de route précises qui vous engageront dès aujourd’hui.

Dans tous les territoires du monde, les acteurs se mobilisent, chaque jour un peu plus. Conscients de la responsabilité de tous, nous nous engageons aussi personnellement, chacun à notre niveau. Mais cela ne suffira pas.

Vous, responsables politiques, avez une responsabilité historique.

La force de l’accord de Paris tiendra d’abord dans les mesures que vous mettrez en œuvre.

Nouvelles réglementations, prix du carbone, taxe sur les transactions financières, changement de modèle agricole... Ce qu’il faut faire est connu et ne dépend que de votre courage politique.

Chefs d’État, soyez à la hauteur. Entrez dans l’histoire. Osez !

Pour faire entendre votre voix et faire pression sur les chefs d’État, signez cet appel.

12 propositions essentielles pour les décideurs politiques

  • 1. Réguler enfin la finance
  • 2. Mettre l’économie au service des humains
  • 3. Mettre fin aux abus des multinationales
  • 4. Produire et consommer dans un cercle vertueux
  • 5. Démazouter les investissements
  • 6. Intégrer la pollution au prix de vente
  • 7. Garder sa couleur bleue à la terre
  • 8. Préserver les sols, supports de la vie
  • 9. Nourrir sans détruire
  • 10. Renforcer la justice sociale pour combattre le dérèglement climatique
  • 11. Réinventer la démocratie
  • 12. Donner une gouvernance mondiale à l’environnement

Voir les commentaires

A la suite des violentes intempéries qui se sont abattues sur les Alpes Maritimes ...

4 Octobre 2015, 15:17pm

Publié par jeanyvespetit

La gare de Cannes...
La gare de Cannes...

A la suite des violentes intempéries qui se sont abattues sur les Alpes Maritimes, je tiens à exprimer ma solidarité auprès de toutes les familles durement touchées par ce drame.

Un grand merci pour tous les services de secours qui se sont mobilisés avec rapidité et compétence.

Notre territoire régional est exposé, une nouvelle fois, à d'importants et violents risques naturels. Il conviendra d’en analyser les causes et les conséquences afin de pouvoir apporter des réponses fiables et pérennes.

Pour ce qui concerne la situation relative aux transports régionaux, d'après les informations fournies, sur ma demande, par les Chemins de fer de Provence et la SNCF :

- la situation est normale sur les Chemins de fer de Provence, les équipes de cheminots sont déjà sur place pour injecter du ballast sur quelques endroits.

- Sur le réseau ferré national, la priorité de la SNCF est de rétablir les installations et de terminer d'évacuer les voyageurs encore bloqués.

L’évacuation en bus des voyageurs des gares des Arcs et de St Raphaël a été réalisée.
La SNCF élabore un plan transport allégé pour lundi entre Cannes et Nice car seule une voie serait disponible, avec des restrictions.

Le diagnostic de l’infrastructure n’est pas encore stabilisé et soumis à des reconnaissances complémentaires (à titre d’exemple, les installations de commande électrique ont été sous 1,5 m d'eau à Cannes....).

Je tiens à saluer les cheminots de la région PACA qui, depuis samedi soir, assurent la prise en charge des usagers et la sécurité des sites ferroviaires. Ils font tout leur possible pour une reprise progressive des circulations ferroviaires.

Voir les commentaires

Miramas, une fête du train qui met en valeur un service public ...

4 Octobre 2015, 06:10am

Publié par jeanyvespetit

Miramas est une véritable plateforme ferroviaire, tant pour le transport des marchandises avec son grand triage que pour la desserte voyageurs. Au cœur des lignes allant vers Arles, Nîmes, vers Salon, Avignon, vers le grand port maritime de Fos, Istres, Martigues, la Côte Bleue et vers Rognac, l’aéroport de Marseille Provence et Marseille.

La fête du train, soutenue par la Région, qui connait toujours une grande affluence fut l’occasion de découvrir à nouveau l’histoire du ferroviaire. Une très belle locomotive à vapeur, la grande époque des trains rapides dont le Mistral avec la locomotive 6570 et bien entendu, les nouveaux trains Régiolis, Régio2N achetés par la Région qui assurent, actuellement, un service voyageurs sur nos lignes furent présent en gare de Miramas.

Il est bon de rappeler l'histoire et l'existence du service public ferroviaire à l'heure de la lutte contre le réchauffement climatique mais aussi, hélas, dans une période où l'Etat se désengage financièrement et met en place une concurrence sauvage avec les "cars Macrons"

Depuis plusieurs années, la gare de Miramas est au centre de nombreux projets et fait l’objet de diverses études.

Dans le contexte, le développement du pôle d’échange multimodal de la gare de Miramas est une nécessité:

  • Gare majeure du département des Bouches-du-Rhône et un nœud ferroviaire sur le réseau ferroviaire régional
  • Desserte > à 100 trains/jours (TER, Interville, TGV)
  • Fréquentation> 600.000 voyageurs/an en 2014, soit une moyenne de 1700 voy/jour.
  • Intermodalité :
    • desservie par les bus du SMGETU, ainsi que les cars du réseau Cartreize, une offre dernièrement restructurée et renforcée
    • parking en élévation de 200 places sur site + parking provisoire de 250 places à 300m.
Miramas, une fête du train qui met en valeur un service public ...Miramas, une fête du train qui met en valeur un service public ...
Miramas, une fête du train qui met en valeur un service public ...Miramas, une fête du train qui met en valeur un service public ...

Voir les commentaires

Retour sur le comité de ligne spécial train de nuit Briançon/Paris ...

3 Octobre 2015, 19:24pm

Publié par jeanyvespetit

Le reportage DICITV présent vendredi soir à ce nouveau comité de ligne co-animé avec Joël Giraud.

Retour sur le comité de ligne spécial train de nuit Briançon/Paris ...

Vous pourrez prendre connaissance du reportage DICITV effectué, vendredi soir, lors du comité de ligne spécial train de nuit animé avec mon collègue Joël Giraud avec la présence de la Sous Préfète de Briançon, de SNCF Réseau, de SNCF Intercités, du collectif de défense du train de nuit, de lal CGT Cheminots, d'acteurs du tourisme et de nombreux usagers...

http://www.dici.fr/actu/2015/10/03/briancon-un-comite-de-ligne-apaise-651399

Rien n'est encore acquis sur le long terme, il faut donc continuer d'agir ensemble !

Retour sur le comité de ligne spécial train de nuit Briançon/Paris ...

Voir les commentaires

Elections régionales 2015, c'est parti pour gagner avec Sophie Camard et JM Coppola...

1 Octobre 2015, 09:58am

Publié par jeanyvespetit

Elections régionales 2015, c'est parti pour gagner avec Sophie Camard et JM Coppola...

Nous sommes heureux d’annoncer officiellement aujourd’hui la naissance de la liste « Pour une Région-Coopérative, Sociale, Écologiste et Citoyenne, avec Sophie CAMARD et Jean-Marc COPPOLA », pour les élections régionales des 6 et 13 décembre 2015 en Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Notre démarche est le fruit d’une coopération entre des partis politiques et des citoyens engagés.

Elle est née d’un diagnostic commun, celui d’une fracture démocratique qui se creuse et d’une abstention massive de la population. La liste proposera des innovations démocratiques, pendant la campagne et le prochain mandat, notamment via la Région coopérative.

Sur le site www.region-cooperative.org, un appel à citoyens-coopérateurs a déjà été lancé et a récolté de nombreuses contributions.

Une Charte éthique nous accompagnera pendant la campagne et d’ores et déjà, Sophie CAMARD et Jean-Marc COPPOLA s’engagent à signer la Charte Anticor.

Nous avons décidé de nous rassembler dans la mise en œuvre d’un projet commun, face aux politiques austéritaires, pour défendre et créer des emplois durables, lutter contre le réchauffement climatique (Transports, Énergie, Logement), promouvoir les services publics et le Bien Vivre dans notre Région (Environnement, Culture, Santé, Education).

Forte des expériences, des aspirations et des convictions des citoyens, la région coopérative portera un projet social et écologique pour notre région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Sophie Camard et Jean Marc CoppolaSophie Camard et Jean Marc Coppola

Sophie Camard et Jean Marc Coppola

Voir les commentaires

Eléments de réponse à la "Motion UFC Que Choisir" proposée au vote des municipalités...

29 Septembre 2015, 08:19am

Publié par jeanyvespetit

Eléments de réponse à la "Motion UFC Que Choisir" proposée au vote des municipalités...

Tout d’abord, je remercie l’UFC Que Choisir de leurs intéressantes propositions, l'étude UFC Que Choisir est très fournie et de qualité.


Ces propositions sont à l’étude dans le cadre de l’évolution générale du contrat.

La motion de l’UFC Que Choisir porte sur 3 points:

1. que la mesure des retards soit fiabilisée

2. que l'usager soit indemnisé

3. que les pénalités contractuelles soient plus incitatives.

Pour le point 1. :

La Région a déjà mis en place depuis plusieurs années des outils de suivi de la qualité, au travers de l'observatoire des TER, mis en ligne sur le site de la Région. Notons que les chiffres de cet observatoire sont régulièrement utilisés par les associations pour communiquer sur la non-qualité de la réalisation de l'offre. C'est un signe évident de transparence entre l'exploitant et son autorité organisatrice, et de l'Autorité Organisatrice avec les usagers. La Région PACA est en pointe sur le suivi de la qualité par rapport aux autres régions.

Certaines limites actuelles des outils de mesure de la qualité sont cependant connues :

  • ils se placent trop du point de vue "production" (le train N° X est-il là ou pas? A-t’ il du retard?). Et pas assez du point de vue des usagers (combien d'usagers sont arrivés en retards? Combien de personnes ont été impactées par le retard du train? Quelles conséquences sur leurs conditions de transport?).
  • Il y a eu un train mais sa composition suffisait-elle pour l'affluence des voyageurs?

C'est justement l'objet des travaux en cours à la Région pour mettre en place un nouvel outil de suivi de la réalisation du plan transport, pour construire de nouveaux indicateurs qualité plus pertinents, placés maintenant du point de vue "usagers".

Les compteurs qui équipent les nouveaux matériels Régiolis et Regio2N contribueront à une connaissance précise de la fréquentation de chaque train, ce qui permettra de beaucoup progresser dans ce domaine.

Pour le point 2. :

Là aussi, même s'il y a encore à faire, la Région a déjà agi dans le domaine. Elle a demandé et obtenu que les abonnés se voient offrir un mois d'abonnement début 2015 au titre des préjudices subis en 2014. Le contrat actuel ne le prévoyant pas, il a fallu négocier avec la SNCF pour que le manque à gagner soit bien à sa charge.

Avec la perspective de renégociation du contrat d’exploitation entre la Région et la SNCF qui prendra fin le 31/12/16, c'est une question que la Région entend aborder avec l'exploitant. Cette question est néanmoins délicate et doit se poser dans le cadre de l'économie générale du contrat. Si un dispositif d'indemnisation est exigé de la SNCF, la SNCF risque d'en valoriser le coût dans le nouveau contrat et de le faire payer à la Région. Au final, les abonnés seraient alors éventuellement remboursés de leur titre ou dédommagés, mais au frais de la Région, donc des contribuables, donc des usagers. Ce ne serait pas acceptable. Le futur contrat doit prévoir un dispositif qui intègre mieux l'indemnisation des usagers, tout en protégeant la Région et en responsabilisant totalement la SNCF.

Aujourd'hui pour fixer les grandes masses :

  • Coût pour la Région du TER : 280 M€
  • Recette de la vente des titres occasionnels : 80 M€
  • Recette des abonnements (usager pendulaire du TER) : 15 M€.

La question de l'indemnisation des usagers doit être posée dans ce cadre :

  • l'abonné ne supporte qu'une partie minime du service public de transport, l'essentiel de ce coût étant pris en charge par la Région. La priorité des usagers n'est pas tant qu'on leur rembourse 15 €, ils ont surtout besoin de transports TER fiables, une indemnisation doit-être mise en place mais elle ne réglera pas les problèmes.
  • Il convient également de prendre en considération les différents porteurs de la carte Zou !.
  • En aucun cas il ne faudrait que la SNCF considère que l'existence d'un dispositif d'indemnisation la dispense d'atteindre des standards de qualité cruciaux pour la vie quotidienne des citoyens.

Pour le point 3. :

Il faut rappeler que les pénalités infligées à la SNCF ont pu représenter déjà jusqu'à près de 6,5 M€ M€ sur une année durant l’actuel contrat. C'est à la fois beaucoup pour un contrat de transport où les marge sont par nature faibles. Et en même temps assez faible au regard de l'ampleur des retards et des suppressions et de leur impact sur la vie des usagers.

Dans le cadre de l’élaboration, du nouveau contrat, un travail est prévu sur l’amélioration des dispositifs incitatifs à la qualité. La Région regrette de constater, elle aussi, comme l'UFC Que choisir, que le levier des pénalités financières semble être le seul à pouvoir infléchir in fine la qualité des services TER. Elle l'utilisera donc au maximum de ce qui sera négociable avec la SNCF.

Enfin, pour ce qui concerne les différents Maires qui ont proposé, à leur conseil municipal, la motion de l’UFC Que Choisir, certains l’ont fait en respectant son orientation à l’encontre de l’exploitant, la SNCF, pour plus de qualité et de fiabilité des TER.

D’autres, notamment sur Nice par exemple, en ont profité pour l’orienter contre la Région … à l’image des pratiques politiciennes dignes du passé ! Il est grand temps d’élire des femmes et des hommes politiques qui représentent l’avenir avec l’éthique comme ligne de conduite.

Voir les commentaires

« Les transports, un enjeu crucial pour Aix Marseille Provence Métropole » avec les CIQ de Métropole ...

27 Septembre 2015, 09:01am

Publié par jeanyvespetit

Samedi 26 septembre, au sein de la Foire de Marseille, j'ai participé à un débat organisé par la Confédération des Comité d’Intérêt de Quartiers (CIQ) de Marseille et d’autres villes (250 personnes présentes) sur le thème :

« Les transports, un enjeu crucial pour Aix Marseille Provence Métropole »

Les principaux éléments de mes interventions au cours du débat.

Un constat alarmant :

La pollution de l’air est importante sur ce territoire avec une émission des particules fines (véhicules diesels) dépassant les seuils européens. Les conséquences sur la santé sont importantes.

De même, les infrastructures routières et ferroviaires qui sont congestionnées. Une personne qui effectue chaque jour de la semaine le trajet Aix/Marseille en voiture perd l’équivalent de 10 jours par an dans les bouchons.

Entre 1997 et 2009 (enquêtes ménages déplacements), on constate que la mobilité des résidents de l’aire métropolitaine a fortement progressé, +6%. Cette progression de la mobilité, s’accompagne d’une forte augmentation de la part de marché de l’automobile sur les territoires du pourtour de l’étang de Berre (hors Martigues, faible diminution) et une moyenne sur l’ensemble de l’aire métropolitaine qui a diminué d’un point.

Une inégalité existe avec des quartiers, des lotissements, des petites communes ou des zones d’activités dépourvus de transports collectifs, notamment dans la périphérie de la métropole. L’utilisation de la voiture, au coût important sur le budget des ménages, génère une réelle vulnérabilité énergétique pour des dizaines de milliers de personnes.

La part de marché des transports collectifs (TC) a très légèrement augmenté. En 2009, un déplacement sur dix est réalisé en transports collectifs et ce sont les résidents de MPM qui utilisent le plus les TC dans leurs déplacements (12%). Sur l’ensemble du territoire, la part des résidents utilisant les TER une fois par semaine, est encore faible (2%) mais avec une nette évolution depuis la mise en place de la carte Zou ! et l’augmentation de l’offre (287 TER en 2016).

Face à ce constat, un des enjeux sur ce territoire est la construction collective d’une offre de transport public adaptée aux déplacements des usagers et fiable, adossée à une tarification intégrée et une information voyageurs performante.

Il est donc important d’avoir une démarche centrée sur les grands corridors de déplacements qui concentrent les principaux flux (Aix Marseille Pertuis-Meyrargues, Marseille Aubagne La Ciotat, Marseille Vitrolles Miramas, Marseille Martigues Miramas, Aix Vitrolles Martigues) et les corridors secondaires (Aix Salon-Miramas, Aix Aubagne,…), et travailler sur le rabattement tous modes, complémentarité des offres, temps de parcours compétitif, etc… cette démarche doit être accompagnée d’une politique spécifique de développement de pôles d’échanges (hiérarchisés au regard de leur fonction sur le territoire) : aménagements intermodaux, accessibilité, services, etc...

Le ferroviaire est pertinent sur des moyennes-longues distances (35km en moyenne).

Les actions positives :

Quelques actions positives d’une bonne coordination entre Autorités Organisatrices de Transports (AOT), selon le principe suivant : coordination entre les services de transport (coordination horaire/gare ferroviaire et routière/tarification multimodale) + aménagement de pôles d’échanges (accessibilité, stationnement) = réseaux de transports (tous confondus) lisibles pour l’usager et intermodalité facilitée.

  • Exemple de pôles d’échanges aménagés : St Charles, Aubagne,...
  • Exemple de pôles d’échanges en cours d’aménagement : Aix-en-Provence, St Antoine, Pertuis, …

Plusieurs outils existent déjà en faveur de l’intermodalité et de l’information des voyageurs :

  • PacaMobilité.fr : environ 40 000 visites par mois en 2015
  • Des abonnements intermodaux : ZOU ! + CPA/RTM/Ciotabus/Ulysse/les bus de la côte bleue/Ecobus/ et autres réseaux urbains en Région hors Métropole Marseille-Aix.
  • Le Pass Alternatif (TER/cartreize) sur l’OD Marseille-Aix et Marseille-Aubagne

La Concertation :

Des comités de ligne : information des usagers sur les services/ offre de trains/ travaux sur les infrastructures ferroviaires et pôles d’échanges avec une présence active des différents CIQ.

Des réunions inter- Autorités Organisatrices de Transports (AOT): en moyenne 3 fois par an sur l’initiative de la Région. Coordination des offres entre AOT, information/concertation sur des axes spécifiques : accessibilité pour les personnes à mobilité réduite, véloroutes et voies vertes, parkings à vélos, développement de stations pour véhicules électriques, etc…

Des améliorations sur l’offre ferroviaire pour améliorer les liaisons sur les principaux corridors de déplacements :

  • Une liaison transversale Toulon-Miramas / Avignon sans rupture de charge à Marseille Saint-Charles a été créée en 2015, afin de desservir notamment la zone aéroportuaire, avec un gain de temps significatif
  • Pour le service 2016, 1TER/h/s depuis Arenc, zone d’emplois d’Euro - Méditerranée, vers Miramas (Pas des Lanciers - aéroport - Rognac), zones d’habitats et d’activités.

Les grands projets d’infrastructures mis en service en 2014-2015 : mise en service de la 3ème voie entre Marseille et Aubagne.

Les projets à venir pour faciliter la multimodallité :

  • A court terme :

Une tarification zonale à l’étude (département des BdR) pour la mise en place de Pass Intermodaux (abonnements et Pass journée) à des tarifs très compétitifs permettant à un usager d’utiliser son abonnement sur les réseaux TER, cartreize et urbains.

  • A moyen/long terme : les projets ferroviaires sur la Métropole Aix-Marseille Provence

Sur le territoire de la Métropole, des projets ferroviaires qui permettront de relier les grandes zones d’emplois tertiaires et d’habitats, à l’horizon 2025 dans une logique de « Ring » (anneau ferroviaire).

La participation de la Région dans le cadre du CPER (projets ferroviaires sur le territoire de la Métropole) s’élève à près de 120M€.

Marseille / Gardanne / Aix en Provence Phase 2 : 4TER/h/s- 185M€. Mise en service 2021

CAPARENC : 4TER/h/s. Travaux de signalisation du faisceau d’Arenc. A ce jour ce projet est seulement soutenu par l’Etat et la Région.

Aix-Etang-de-Berre : études pour la réouverture au service voyageurs et le passage de 2TER/h/s. engagement de tous les partenaires sur ce projet.

Côte-Bleue : études et travaux pour amélioration et modernisation de la voie. A ce jour, ce projet est seulement soutenu par l’Etat et la Région.

Optimisation du plateau St Charles : nécessaire car le plateau St Charles est aujourd’hui saturé.

Les politiques en faveur des modes alternatifs et en relation avec le TER :

  • Parcs de stationnement pour vélos aux abords des gares. Exemple d’Aix-en-Provence : plus de 70 abonnés (100 places disponibles) au Relais Vélo en 1 an d’existence (bilan positif).
  • Développement de services vélos en gare pour développer son usage : stationnement, réparation, location, etc… Projets en cours : gare d’Aubagne, parcs de stationnements (Vélos à Assistance Electrique (VAE) + vélo libre + stations de recharges pour les véhicules électriques dont les voitures) en cours sur territoire de la Métropole (La Barasse, La Penne sur Huveaune, Aubagne, Cassis, La Ciotat, …) Parcs de stationnement sécurisés installés : Arles, St Chamas.

Les difficultés ou points d’amélioration :

  • La Région ne dispose pas de ressources financières directes pour exécuter sa compétence d’autorité organisatrice du transport public régional dont le ferroviaire (pas de Versement Transport) comme les autres AOT. A titre d’exemple, le montant des charges d’exploitation sur l’ensemble des lignes ferroviaires couvrant la Métropole s’élève à approximativement 90M€ pour 14M€ de recettes. Le coût d’exploitation pour la Région est donc d’environ 75M€ (2014).
  • La recherche de co-financements sur les projets d’investissement est donc indispensable au développement d’un service public de transport efficient. Le contexte actuel des finances publiques freine cette dynamique et nos partenaires habituels rencontrent de réelles difficultés financières principalement dues aux baisses de dotation de l’Etat, tout comme la Région qui en plus est en manque d’une ressource financière propre pour le transport, et se concentrent sur leur domaine de compétence de prédilection. La faisabilité de certains projets inscrits au CPER 2015-2020 peut ares être compromise.
  • Des difficultés d’intervention sur les pôles d’échanges, dut à des périmètres de maîtrise d’ouvrage différents : SNCF Réseau + Gares & Connexions + intercommunalité, qui ont chacun des logiques d’intervention différentes. La coordination et la mobilisation des acteurs est une action de la Région.

« Sans une véritable rupture par les communes et la Métropole avec la Région dans la gestion des transports collectifs, du stationnement, de la vitesse, des trottoirs (pour faire face à l’augmentation du nombre de piétons), du vélo, de l’intermodalité, … il n’y aura pas une véritable diminution de la voiture dans l’espace public et donc pas d’amélioration de notre environnement, de notre cadre de vie, de notre santé … »

photos CIQ
photos CIQ

photos CIQ

Voir les commentaires

Des évolutions sur la ligne des Alpes ...

27 Septembre 2015, 07:26am

Publié par jeanyvespetit

Madame la Sous-Préfète de Briançon, le Député J. Giraud, P. Marthouret, M. Assenat (SNCF), …
Madame la Sous-Préfète de Briançon, le Député J. Giraud, P. Marthouret, M. Assenat (SNCF), …

Un seul décideur en cas d’aléas sur la ligne des Alpes qui traverse les régions Rhône Alpes et PACA !

Après une demande conjointe du Député Joël Giraud et de moi-même, la SNCF a pris la décision que la Ligne des Alpes sera enfin coordonnée.

Patrick Marthouret, directeur délégué aux Alpes du Sud à la SNCF sera le décideur en cas d’aléas sur le réseau ferré qui traverse les régions Rhône Alpes et PACA pour réduire le délai des réponses à apporter.

J’ai expliqué « qu’Il était nécessaire qu’il y ait quelqu’un qui coordonne le côté opérationnel au nom des deux régions SNCF et qui prenne des décisions en cas d’aléas ».

Patrick Marthouret aura la main mise sur les services internes à la SNCF, « circulation, trains régionaux, trains intercités comme le train de nuit entre Paris et Briançon ou l’activité des TGV comme Oulx ». Il aura un bureau à Gap, ce qui permettra une meilleure proximité avec les élus, les associations, les professionnels du tourisme, …

Inauguration de l’abri vélo de la gare de Briançon !

Dans le cadre de ses engagements en matière de maitrise des émissions de gaz à effet de serre, la Région agit pour encourager et faciliter l’utilisation du vélo.

Dès 2010, la Région a voté un cadre d’intervention visant à accompagner les collectivités locales souhaitant implanter des stationnements vélos sécurisés à proximité des gares.

La Région souhaite aller plus loin dans les services offerts aux usagers du TER, en prenant l’initiative, de doter, à titre expérimental, certaines gares d’abris vélos sécurisés.

Dans le cadre de cette expérimentation, des abris vélos sont ainsi mis en service près des gares de La Garde, La Pauline, Villeneuve-Loubet, Saint-Chamas, Arles, ainsi qu’à Briançon

Au cours de l’automne, deux nouvelles gares seront équipées : Montfavet et Morières les Avignon.

Le coût d’investissement, de l’ordre de 50 000 € par abri est entièrement financé par la Région, les charges d’entretien et de fonctionnement étant partagées entre la Ville de Briançon et la Région.

Les abris sont modulables et pourront être, si nécessaires doublés pour atteindre 32 places. Ce service s’adresse aux utilisateurs des transports en commun munis de cartes Optima (exemple : cartes ZOU) qui peuvent gratuitement s’inscrire sur le site PACAMOBIILITE.FR pour obtenir l’activation de leur carte et ainsi pouvoir utiliser un abri. .

L’installation de cet abri à vélo vient compléter l’intermodalité déjà présente en gare de Briançon. En effet, celle-ci, avec 164 000 voyageurs en 2014, fonctionne d’ores et déjà en pôle d’échanges multimodal puisqu’outre les TER, intervilles et TET (10AR quotidiens, renforcés en saison hivernale), la gare est également desservie par les LER 29 et 35 (143 00 montées-descentes) et les lignes saisonnières et cadencées du Département des Hautes-Alpes. Le réseau urbain se trouve également à proximité.

L’enjeu aujourd’hui est d’asseoir durablement cette gare dans son rôle de porte d’entrée du territoire notamment en matière de tourisme. Cela sous-entend d’améliorer encore davantage le fonctionnement du pôle d’échanges et d’accroitre la visibilité de la gare. Aussi, il sera notamment proposé à la commission permanente du Conseil régional du 16 octobre 2015 d’attribuer une subvention de 6000 € à Gares et Connexions pour conduire une étude d’amélioration de la signalétique et de l’information voyageurs dont le coût est de 10 000 €. Cette étude sera conduite avec l’office de tourisme de Briançon et menée en lien avec la demande formulée par les acteurs du territoire de changer la dénomination de la gare.

Enfin, la gare de Briançon a été identifiée comme un des points prioritaires à rendre accessibles pour les personnes à mobilité réduite dans le cadre de l’Agenda d’accessibilité programmée adopté par la Région en juin 2015. Une convention d’études avec SNCF Réseau sera présentée au vote de la commission permanente du 16 octobre 2015 pour déterminer les aménagements nécessaires.

Des évolutions sur la ligne des Alpes ...

Voir les commentaires

Etoile de Veynes: demande de rencontre au Secrétaire d'Etat aux transports ...

22 Septembre 2015, 14:26pm

Publié par jeanyvespetit

Etoile de Veynes: demande de rencontre au Secrétaire d'Etat aux transports ...
Etoile de Veynes: demande de rencontre au Secrétaire d'Etat aux transports ...

Voir les commentaires